Lorsque l’enfant se fait attendre

016.gif 

Lorsque l’enfant se fait attendre©®

Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours rêvé de toi. Inaccessible durant mon enfance, tu es devenu plus proche au fil des ans. Et j’ai grandi, l’adolescence est venue, puis l’âge adulte.
J’ai rencontré l’amour, je me suis dit : « Enfin ! Mon rêve va se réaliser ! ». J’ai vu mes amis, mes collègues, mes sœurs mes frères peu à peu devenir mères et pères. Et pour moi toujours rien !..

La vie, si généreuse, qui fait naître les enfants par millions dans le monde entier, semble m’avoir oublié dans sa distribution. L’attente s’est donc installée, impérieuse, douloureuse. Chaque mois l’espoir le plus vif s’allume puis est éteint par la déception.
Pourtant je te sens toujours mon doux rêve, présent comme un ange invisible. Parfois tu me frôle de ton aile puis t’éloigne de nouveau. Toi aussi, quelque part, tu attends. Et dans mon ventre, dans ma vie, toujours rien !

Alors, dans mon esprit toutes les questions se posent. J’examine toutes les routes possibles. Je ne pense plus qu’à ça, comment faire ? Pourquoi pas moi ? Je me sens vide, inutile, coupable.
Pensant que c’est la solution, je fais appel à la médecine de mon siècle. Cette merveilleuse médecine qui, pour m’aider au mieux, mélange dans des tubes de verre mes briques de vie et les siennes pour te construire, toi, mon rêve.

Et l’attente malgré cela continue…

A qui dire ma douleur et mon angoisse ?
A qui crier « Au secours, aidez-moi » ?
Toutes mes prières, toutes mes actions, toutes ces solutions que je croyais bonnes, semblent sans réponse.

Pourtant je veux y croire encore. Je veux croire que la vie est plus puissante que le vide.
Que mon corps si perfectionné saura faire fi de tous ces bilans hormonaux, spermogrammes, qui disent : « Vous avez peu de chances ».
Je veux que quelle que soit la solution qui te donnera la vie, personne ne me juge. Que personne ne me dise : »C’est immoral ! », « Penses à l’enfant ! », « C’est l’âge ! », »C’est la vie… », toutes ces phrases automatiques qui nient mon aspiration.
Je suis un être humain, femme ou homme, et mon désir d’enfant ne se marchande pas !
Je continuerais sans cesse ma quête. Je m’informerais à toutes les sources. J’amplifierais les possibilités de mon corps et de mon esprit. Je frapperais à toutes les portes. Je poserais toutes les questions. J’utiliserais toutes les techniques.

Un jour, toi mon rêve que j’aime au-delà de tout, tu naîtras…Parce que c’est mon droit le plus inaliénable !

Si la lecture de ces lignes fait résonner en vous une douloureuse émotion, peut être êtes vous une de ces personne qui attend et ne comprend pas.
Le mode de vie que nous connaissons dans ce millénaire débutant, l’affaiblissement des valeurs sociales, la crise économique, l’allongement de la durée de vie sont quelques facteurs qui font que le nombre des personnes en attente d’enfant, augmente d’années en années.
Lorsque toutes les voies naturelles ont été explorées sans succès, la médecine moderne propose un éventail de techniques de plus en plus efficaces.
Insémination, FIV (Fécondation in vitro), ICSI (Injection intra cytoplasmique), le choix de la méthode, du protocole parfaitement adapté, doit être laissé au médecin spécialiste.
Toutefois les interrogation que le chemin de la PMA (Procréation médicalement assistée) ne manque pas de générer, doit être l’objet de la réflexion des psychothérapeutes et psychanalyste. Ces femmes et ces hommes qui mettent leur écoute et leurs connaissances au service de la pensée, savent tenir compte des angoisses nouvelles.

L’inconscient existe depuis les premiers humains. Les philosophes des civilisations anciennes, faisaient déjà, en Asie, en Afrique, en Europe, de la psychanalyse sans la nommer.
Le mot est apparu au début du siècle dernier, forgé par S Freud. Puis l’écoute s’est affinée grâce à Ferenzi, Jung, Lacan et j’en oublie, mais l’inconscient avec son cortège de bonheur et d’angoisse est bien là depuis l’aube de l’humanité.
Sans cesse des difficultés de vie apparaissent et l’attente de l’enfant en est une majeure, qui s’amplifiera probablement dans les années futures.

La procréation assistée est toute jeune et les humains n’ont pas encore eu le temps d’intégrer dans leurs mécanismes de pensée, les divers possibles offerts par ces nouveaux modes de reproduction.
Notre inconscient millénaire se trouve donc, une fois de plus, chargé de questions nouvelles.

Nous, psychanalystes, thérapeutes du ressenti, ne pouvons donc plus ignorer cette souffrance.
Nous savons écouter les douleurs de la vie moderne, chômage, précarité, incommunication et autres tourments, nous saurons aborder ce nouvel écueil.

Nous nous devons d’apporter dans ce domaine de la fécondité, si sensible parce que si humain, non seulement notre attention habituelle, mais un puissant soutien et une information aussi claire et simple que possible. En effet, dans les circuit de la PMA, les médecins spécialistes on peu de temps à accorder à l’information minutieuse de leurs patients.

Mettons donc nos connaissances, notre écoute humaine, au service de ceux qui crie dans le désert.

Et que l’enfant paraisse…

PASCAL ZENTZ
Psychanalyste, Paris



2 commentaires

  1. Sylvie Marais 27 janvier

    Merci à vous d’avoir mis des mots sur cette souffrance.

    Vous avez également pointé du doigt le fait que les médecins spécialistes ne prennent pas le temps (ou plutôt n’ont pas le temps nécessaire) d’apporter une aide psychologique aux personnes concernées par ce long chemin qu’est la PMA.
    Il serait bien qu’ils proposent à leurs patients de consulter un psychanalyste, qui saura apporter tout son savoir et son écoute.

  2. pascalzentz.unblog.fr 17 novembre

    Bravo, what words…, an excellent idea

Laisser un commentaire

MON SEJOUR CAUCHEMARDESQUE ... |
Car Dieu a tant aimé le mon... |
LA VENTE DIRECTE CHEZ PERRAULT |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saperlipopette
| soulager la douleur
| Les implants mammaires, ce ...